La Chine privée de Noël cette année

C’est le comble ! La Chine qui fabrique encore largement tous les jouets de Noël et nous inonde de plastique tous les ans  boycotte cette année la fête capitalo-chrétienne sur son sol. Raison invoquée : promotion de la culture traditionnelle chinoise, confiance en la culture nationale, lutte contre la corrosion causée sur la nation par la culture occidentale etc… Résultat : des Pères Noël arrêtés dans les villes, des hordes de grand-mères scandant des discours « anti Noël » comme on scande des slogans anti impérialistes et des élèves de primaire le point levé en signe de lutte. Comme souvent en Chine, les mesures sont appliquées au pied de la lettre des slogans invoqués et donnent lieu à des spectacles comi- tragiques.

Je viens de lire un petit article sur 中国财网 qui montre les contradictions de cette campagne stupide et rétrograde. « Qui est visé dans ces mesures anti Noël ? » questionne le journaliste. Les cultures étrangères ? Dans ce cas que faire du 1er Mai, fête des travailleurs dont les origines viennent des Etats Unis (le 1er mai 1886, un grand mouvement de grève paralyse tout l’Illinois) ? Que faire de Sakhyamuni, quand le Bouddhisme est porté aux nues ces dernières années par les associations religieuses officielles car il promeut l’harmonie, n’est-il pas indien ?  Est-ce encore la religion dans son ensemble qui est proscrite dans un pays officiellement athée mais où personne ne rechigne à aller s’agenouiller devant un bouddha ou un dieu de la fortune selon le besoin ? ou l’ultra-consumérisme généré par le gouvernement lui-même depuis l’ouverture de la Chine ?

Et où est la fameuse « inclusiveness » (approche inclusive) qu’on a tellement mangé lors des dernières campagnes de promotion de « L’esprit de pékin » ? Je me souviens encore comme ce mot scintillait dans la nuit, placardé sur des billboards LED de quarante mètres….